Le travail forcé des enfants s’aggrave pendant la pandémie du coronavirus18/11/2020

Projet :Réponse d'urgence au coronavirus - Inde

  • Bonne santé et bien-être
  • Pas de pauvreté
  • Faim « zéro »
  • Eau propre et assainissement
  • Réduction des inégalités

Bien que la communauté internationale ait fait d'importants progrès pour réduire la prévalence du travail des enfants en Inde au cours des dernières décennies, la pandémie de la COVID-19 en cours menace d'inverser ces tendances.

Outre la crise sanitaire, l'Inde va être confrontée à une crise économique majeure, qui entraînera la perte d'un nombre important d'emplois. De nombreux parents ayant perdu leur travail, des millions d'enfants pourraient être contraints de travailler afin de compenser cette perte de revenus.

Avec 472 millions d'enfants, l'Inde a la plus forte population infantile au monde. Comme les répercussions économiques de la COVID-19 coïncident avec une demande mondiale croissante de main-d'œuvre bon marché, le risque de travail forcé des enfants n'a jamais été aussi élevé.

De nombreuses organisations à but non lucratif, dont FXB, partenaire officiel de ConnectAID, le réseau de solidarité internationale, travaillent sans relâche en première ligne pour sauver les enfants de telles situations et les maintenir hors de la rue.

La communauté internationale est maintenant appelée à agir. Un soutien financier est nécessaire de toute urgence pour les familles indiennes qui ont été contraintes à faire travailler leurs enfants pendant la pandémie. Si nous n'agissons pas maintenant, des millions d'enfants pourraient être victimes de travail forcé, ce qui est étroitement lié à la traite d’êtres humains, à l’esclavage et à la violence sexuelle. Une fois sur cette voie, il y aura peu d'espoir que ces enfants reçoivent une éducation et sortent du cercle vicieux de la pauvreté.

Le travail des enfants est depuis longtemps un problème en Inde, de nombreux enfants travaillant dans les rues, les ménages, les restaurants, les usines dangereuses ou mendiant dans la rue afin de gagner suffisamment pour assurer la survie quotidienne de leur famille. Selon la loi indienne d'amendement sur le travail des enfants, il est illégal pour les enfants de moins de 14 ans de travailler. Mais malgré cette loi, de nombreux employeurs remplacent délibérément les travailleurs adultes par des enfants afin de réduire les coûts.

Les enfants sont d'autant plus en ligne de mire qu'ils sont plus susceptibles d'accepter des rémunérations moindres, des conditions de travail dangereuses et sont moins susceptibles de porter plainte officiellement pour les préjudices ou le harcèlement subis.

Les jeunes filles constituent le groupe le plus à risque, les employeurs les gardant souvent avec des contrats de travail qui s’apparentent à de l’esclavage moderne, les impliquant dans du trafic d’êtres humains ou les exposant au harcèlement sexuel et à toute sorte de violence sexiste.

Avec la COVID-19 qui va plonger des millions de familles sous le seuil de pauvreté, de nombreux enfants vont inévitablement se retrouver sur le marché du travail au cours des prochains mois.

En réponse à cette crise naissante, de nombreux groupes de protection de l'enfance travaillent sans relâche pour alerter la police et sauver ces enfants d'une éventuelle exploitation. Malheureusement, en raison du manque de sensibilisation du public à la loi sur le travail des enfants et à la mauvaise application de celle-ci par les autorités locales, de nombreux enfants continuent de travailler dans des conditions déplorables.

Des études révèlent que la pauvreté est le principal moteur qui pousse les parents à faire travailler leurs enfants. Cela est particulièrement vrai pour les travailleurs migrants qui sont déjà confrontés à de graves difficultés économiques et à des obstacles liés à la citoyenneté. Pour les familles de migrants, il n'y a pas d'autre choix que de mettre tout en œuvre, y compris de faire travailler leurs enfants, pour survivre pendant cette pandémie. De nombreux enfants ont également dû migrer tout seuls à travers l'Inde à la recherche d’emploi ; beaucoup ont quitté les régions éloignées de l'Uttar Pradesh pour se rendre à New Delhi. Ces enfants non accompagnés courent un risque accru de maltraitance et d’exploitation. Ce problème ne touche pas seulement les pauvres, de nombreux enfants issus de familles modestes ont également été poussés vers le marché du travail à la suite de la crise du coronavirus.

La situation est également aggravée par la fermeture d'écoles dans tout le pays. Bien que cela puisse contenir le virus, les parents sont alors plus enclins à envoyer leurs enfants au travail. Une grande incertitude règne quant à la possibilité pour ces enfants de retourner à l'école après la réouverture. Face à la dure réalité de la pauvreté qui les attend et au sentiment de désespoir que leur inspire la pandémie, de nombreux parents n'ont pas le choix s'ils veulent assurer la survie de leur famille.

Le gouvernement indien a mis en place un programme d'aide sociale, mais cette assistance ne touche pas tout le monde. Néanmoins, lorsque les familles en bénéficient, la majorité retirent ses enfants du marché travail et les renvoient à l'école.

Le partenaire de ConnectAID, FXB, œuvre pour aider les communautés les plus marginalisées du pays par le biais de programmes visant à réduire la pauvreté, cause première de tant de problèmes pour les enfants indiens. Parmi les principaux domaines d'intervention figurent les mécanismes de protection de l’enfance, l'amélioration des soins de santé, l'accès à l'éducation, ainsi que les infrastructures d'eau, d'assainissement et d'hygiène.

Compte tenu des nombreux problèmes complexes et interdépendants auxquels les enfants et leurs familles sont confrontés, il est clair que nous devons agir. Nous vous invitons à être proactifs et à vous impliquer dans cette initiative d’aide internationale. Toute contribution à nos projets contribuera grandement à maintenir les enfants à l'école et à briser le cycle de la pauvreté.

par Nadine Hakizimana, ConnectAID

Sources: ILO | UNICEF | FXB International

Gestion des Cookies




Le respect de votre vie privée est notre priorité. Afin d’améliorer ses services, ConnectAID utilise des cookies pour vous offrir une navigation optimale, mesurer l’audience et optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux comme le partage de contenu. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues par notre politique de protection des données.

Paramétrer les cookies J’accepte